Assurer le bon taux de luminosité pour vos plantes d’intérieur Assurer le bon taux de luminosité pour vos plantes d’intérieur

Assurer le bon taux de luminosité pour vos plantes d’intérieur

Par Sarah-Anne Nagué

Assurer le bon taux de luminosité pour vos plantes d’intérieur Assurer le bon taux de luminosité pour vos plantes d’intérieur

Alors que l’hiver est bel et bien installé et on s’est dit, chez Miss Boon, que c’était le moment idéal pour parler des besoins en luminosité de nos plantes. On poursuit donc la série Trucs horticoles avec notre amie Cécile d’Ortigreen.



Notre experte

Cécile s’est reconvertie il y a quelques années à l’horticulture en suivant un cours d’un an et demi dans la région parisienne. Elle a ensuite travaillé chez des horticulteurs avec qui elle gère aujourd’hui le groupe Facebook HELPMYPLANT. Pour des conseils d’experts, allez aussi voir ses publications sur Instagram @ortigreen.



Quelles sont les règles de base en terme de luminosité?

On peut classifier les plantes d’appartement en 3 catégories.

Les plantes dites de plein soleil

Ce sont les plantes issues des régions semi-arides ou désertiques. Les plantes grasses et les cactées et certains arbres de la région méditerannéenne font aussi partie de ce groupe.

 

Les plantes dites de lumière

La majeure partie des plantes d’intérieur se retrouve dans cette classe. Elles ont besoin d’une forte intensité lumineuse mais ne supportent pas le soleil toute la journée. On évitera donc de placer ses plantes derrière une baie vitrée si vous êtes exposé plein sud. Cela risquerait de brûler leur feuillage. En revanche, il n’y a aucun souci si elles reçoivent uniquement le soleil du matin ou de l’après midi. On trouve notamment dans cette catégorie les Aracées de type philodendron.

 

Les plantes dites d’ombre

Elles supportent une faible intensité lumineuse, mais cela ne veut pas dire qu’elles n’aiment pas la lumière. Je veux dire par là qu’une pièce sans fenêtre ne lui conviendra pas. Ce sont des plantes dites de sous-bois. Dans leur milieu naturel, elles aiment se cacher sous les autres. Dans nos maisons, elles se plaisent en étant dans des coins éloignés des fenêtres. Dans cette catégorie, on trouve les Marantacées de type calathea.

 

Que penses-tu des lumières de croissance? 

Les plantes ont besoin de lumière afin de pouvoir enclencher  le processus de photosynthèse. La chlorophylle absorbe les composantes rouge et bleue de la lumière et ainsi donne la couleur verte aux feuilles. Je n’ai hélas pas de pièces à vivre très lumineuse, je suis donc obligée de tricher afin de garder une croissance constante de mes plantes. J’utilise deux types de lumières : des lampes fluorescentes qui reproduisent la lumière du jour (que j’utilise surtout l’hiver) et des lampes horticoles LED qui favorisent la croissance.


Sont-elles nécessaires?

Non! Si votre appartement est bien orienté avec une forte intensité lumineuse, cela n’est pas nécessaire. De plus, si vous ne cultivez pas de semis, il n’y a aucun intérêt. Il faut dire que les lampes hoticoles LED sont très coûteuses.


Quand doit-on commencer à les utiliser? 

Toute l’année si vous n’avez ni extérieur ni intérieur lumineux. Personnellement, je commence à les utiliser quand les jours raccourcissent.


Combien de temps par jour? 

Photopériode (durée d’ensoleillement idéale entre le jour et la nuit)

En croissance : 18h/jour 6h obscurité

En floraison : 12h/jour 12h obscurité


Quels sont les effets positifs et néfastes de ces lampes?

Du côté positif, on assure une lumière constante et continue et il n’y a pas de perte de rendement lumineux. Les LED horticoles consomment de l’électricité uniquement pour fournir de la lumière et non de la chaleur donc vos factures d’électricité ne seront pas trop salées. Le principal inconvénient est qu’elles coûtent cher. 


Comment éviter les “coups de soleil” sur ses plantes?

En évitant de placer soudainement sa plante en plein soleil lorsqu’elle n’est pas habituée.C’est d’ailleur la même chose pour les cactées et plantes grasses: elles détestent les changements soudains d’intensité lumineuse.

Lorsque les beaux jours arrivent, on est pressé de sortir ses plantes à l’extérieur.  Grave erreur ! C’est la cause principale de brûlure. C’est un peu comme si vous aviez été enfermé dans une pièce tamisée durant tout l’hiver et que vous sortiez dehors en plein soleil. Vous allez risquer de vous brûler les yeux. Pour les plantes, c’est pareil. Elles ont besoin de s’acclimater progressivement en utilisant, par exemple, un filet d’ombrage que vous retirerez progressivement.

 

1 commentaire


  • Super article !

    Mes plantes vous en remercient grandement ! 😉

    laura molines le

Publier un commentaire

Les commentaires seront approuvés avant d'être publié.